Je m’appelle Budo par Matthew Dicks


je-m-appelle-budo-398525-250-400Date de parution:
14 Septembre 2013

Edition: Flammarion

Genre: Jeunesse

Pages: 431

Prix: 15€

Résumé: Aussi longtemps que Max croit en moi, j’existe. Les gens disent que c’est ça qui fait de moi un ami imaginaire. Ce n’est pas vrai: j’ai mes idées et ma vie en dehors de lui. Mais j’étais là le jour où il a disparu. Je sais qu’il est en danger. Et je suis le seul à pouvoir l’aider.

Mon avis: Tout d’abord je tiens à dire que ce roman est unique en son genre. Tout d’abord par son narrateur: un ami imaginaire (Budo) et également par l’histoire en elle-même: On suit la vie de Max, un petit garçon autiste, vue par les yeux de Budo. On suit son quotidien difficile jusqu’au jour où Max est enlevé sous les yeux de son ami imaginaire, qui va tout faire pour l’aider. Quelle belle idée!

On suit l’autisme de Max d’un point de vue totalement innocent et c’est un choix très judicieux de la part de l’auteur. On découvre Max sans l’a priori et les jugements des adultes. Cela m’a beaucoup plu. Budo ne connaît pas grand chose et apprend au fil de la vie de Max.

Aussi, l’auteur nous met face aux difficultés de Max et de l’autisme en général: le regard des autres (camarades de classe notamment), harcèlement scolaire, les incertitudes des parents et le fait qu’ils soient perdus face au comportement de Max. Son père veut imposer les changements qu’il souhaite à Max en le « forçant » à s’y faire. Contrairement à sa mère qui espère faire accepter ces différents changements à Max en y allant petit à petit.

Plus tard dans le roman, Budo sera face à un dilemme de taille que j’ai beaucoup apprécié: Soit aider Max à s’échapper au risque de disparaître par la suite. Car Max va pouvoir continuer à grandir et finira surement par l’oublier. Soit laisser son ami dans la situation très périlleuse où il se trouve et ainsi continuer d’être son ami imaginaire pour un temps illimité.

Les seules petites choses que j’ai à reprocher à ce roman sont quelques longueurs et répétitions. De ce fait, j’ai commencé à être captivée par le roman seulement à partir de 70/75% de celui-ci. C’est surtout la fin qui m’a fait autant apprécier ce livre: elle est pleine d’action et est palpitante!

Ma note: quinze

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s